Les mécaniques de la dépendance à la cigarette

Lequel des fumeurs invétérés n’a pas dit un jour : « demain, j’arrête la cigarette ».  Cependant, très peu d’entre eux y parviennent, car entre l’envie d’arrêter et l’addiction au tabac, il y a un grand fossé. La question qui se pose maintenant est : pourquoi est-ce si difficile de décrocher ?  Pour obtenir la réponse à cette question, il faut comprendre les mécanismes de l’addiction au tabac (pour ensuite se faire aider pour arrêter de fumer ou baisser sa consommation).  Détails à ce sujet.

La nicotine : l’élément à l’origine de la dépendance

La grande majorité des fumeurs savent parfaitement que la cigarette contient de la nicotine, mais très peu d’entre eux connaissent le rôle que cet élément joue. Il s’agit d’une substance chimique présente dans les feuilles de tabac et son premier rôle consiste à protéger celui-ci contre les insectes. Il est à noter que cette substance à des propriétés fongicide, acaricide et insecticide. En somme, il s’agit d’un pesticide naturel qui permet au fabricant des tabacs de protéger leurs produits des insectes.

Lorsque la fumée de la cigarette est inhalée, la nicotine se fait absorber par les capillaires sanguins présents dans les poumons et arrive en quelques minutes seulement au cerveau. Elle stimule alors le cerveau et le rythme cardiaque  s’accélère. La pression sanguine monte également et entraine une poussée d’adrénaline. En raison de cet effet qu’elle a sur le cerveau, la nicotine est qualifiée de substance psycho active. A forte dose, cette substance libère de la dopamine et c’est ainsi que le fumeur ressente un sentiment de bien-être et de satisfaction. Vient alors la dépendance, car le cerveau réclame sans cesse cette sensation.

Fumer devient une habitude

habitude fumer

Comme on dit : « L’habitude est une seconde nature ». Ceci se rencontre chez de nombreux fumeurs qui ne peuvent plus se passer de la gestuelle liée à l’action de fumer. Ces gestes comprennent le va-et-vient allant des doigts à la bouche, de la manière de tenir la cigarette entre les doigts ou encore de la façon de faire sortir la fumée de la bouche.

À force de les répéter chaque jour, les fumeurs ne peuvent plus s’en passer et c’est ainsi que la cigarette fasse entièrement partie de leur vie. Certaines personnes sont tellement habituées aux gestes de fumer que finissent pas les reproduire même quand ils ne fument pas.

Cigarette : un créateur de lien social

Fumer permet d’élargir son cercle d’amis, ses connaissances et ce ne sont pas les fumeurs invétérés qui vous diront le contraire. Fumer permet de chasser la solitude. En effet, dans de nombreux établissements, on trouve des coins fumeurs. Le fait que des personnes partageant une même habitude soient réunies dans un même espace crée facilement une ambiance conviviale. Prendre du feu auprès d’un voisin fumeur engage également à la conversation et c’est ainsi qu’une amitié se tisse.

Il n’est pas rare de voir des étudiants ou même des adultes qui fument juste pour intégrer un groupe d’ami ou de collègues de travail. Cette technique est généralement efficace, car les fumeurs s’entendent entre eux (surement grâce à l’effet de la nicotine). Toutefois, à force d’exploiter la cigarette comme déclencheur de lien social, même un non-fumeur peut devenir un dépendant à la nicotine rapidement.

Laisser un commentaire