Facebook face aux malades psychiatriques

psychiatre

La prudence est réellement de mise pour les psychiatres face à ce réseau social qui se développe de plus en plus. En effet, le nombre de personnes inscrites est de plus en plus important et si avoir un réseau social peut permettre une sorte d’épanouissement, les spécialistes mettent également en avant les possibles dérives.

Le nombre de groupes sur le sujet

Le premier fait qui alerte les psychiatres concerne la création de groupes de plus en plus nombreux de personnes autour d’une maladie psychiatrique. Si la démarche peut plutôt être vue comme intéressante de prime abord, il faudrait plutôt s’en méfier.

En effet, le but est de pouvoir communiquer sur sa maladie mais en face la ou les personnes qui reçoivent une déclaration ne sont pas en mesure de faire la part des choses vu qu’elles souffrent du même mal.

Un mélange dangereux

psychiatre

D’autre part, ces personnes qui souffrent de maladies psychiatriques vont alors se mêler à d’autres groupes, se faire des amis, sans que ceux-ci ne soupçonnent la véritable nature de la personne rencontrée. De ce fait, pour les psychiatres, les recommandations concernant l’usage de Facebook n’auront jamais été aussi importantes.

En effet, il est vivement recommandé de n’accepter que les personnes que vous connaissez réellement dans la réalité et même le réseau social en lui-même va œuvrer en ce sens en demandant systématiquement si la personne connaît son nouvel ami en dehors de Facebook. Il est donc indispensable d’adopter une conduite plus responsable.

Laisser un commentaire