Le débat autour des châtiments corporels

psychiatre

Après l’interdiction de la fessée, la gifle est de plus en plus remise en question de la même façon car elle est perçue comme une maltraitance. Pour les psychiatres, il est bon de relativiser ces gestes afin de mieux comprendre le point de vue de l’enfant.

Naissance d’une polémique

La question se pose aujourd’hui car la société a de plus en plus la volonté de protéger les enfants qui seraient en proie à de la maltraitance au sein de leur foyer. Cependant, pour les spécialistes, il est dangereux de tout catégoriser car la maltraitance peut être aussi bien psychologique que physique et qu’une méthode verbale peut amener plus de conséquences néfastes qu’une gifle.

Le sens du geste

psychiatre

Cependant, le problème principal se situe dans l’intérêt de ce geste. En effet, même si l’enfant aura compris avoir commis une faute, le fait de le gifler ne va pas mettre un terme à la situation.

En effet, on observe dans la majorité des cas que l’enfant concerné ne sait pas pourquoi il a reçu cette gifle donc elle s’avère complètement inutile. Une réprimande verbale suivie d’explications et d’une réelle communication autour du sujet serait plus efficace.

Laisser un commentaire